Rencontre entre

Terre de Bretagne et Terre du Congo

 

C’est l’histoire de 6 Paysans Congolais (5 hommes et 1 femme) qui sont venus découvrir des fermes bretonnes. 3 binômes (maraîchage, machinisme et viande).

C’est aussi l’histoire de familles bretonnes qui partagent leurs toits avec  des habitants de  Mouyondzi. (à 8 370 km) Pays : Congo Brazzaville, Département : Bouenza.

C’est “le potager du pays” qui fournit tout le pays de Pointe Noire (capitale économique) à Brazzaville (capitale politique)

Ces rencontres sont nées d’une envie de découverte et de partage d’expériences et de compétences.   Ce projet a pu voir le jour grâce au Collectif des Elus pour une Nouvelle Afrique et à la confédération paysanne de bretagne.

Nous parlerons ici de la venue de Mr Jean Zala Mboungou et Mme Martinèze Kimouanga Mbondo sur la ferme de L’Entillère.

 

Jean-acceuil-paysans-congolais-volailles-renault    Martinèze-paysan-congolais_volailles-renault

 

Jean et Martinèze sont venus apprendre un maximum de techniques autours de la viande. Ils changent de ferme tous les 2, 3 jours et pour nous ce fut un vrai challenge de réussir, en 4 jours (2 fois 2 jours), à les faire participer aux techniques d’élevage et de culture, à l’abattage, la vente aux marchés. Sans oublier les liens humains qui permettent de maintenir une certaine solidarité dans ce métier qu’est l’agriculture paysanne (visites des coopératives, rencontre avec des collègues qui  transforment la viande…).

Chez eux, pas de tracteur, des petites surfaces et de l’entraide entre voisin… Association de cultures sur une même parcelle (ex : manioc et maïs), élevages de porcs et de volailles, parfois quelques chèvres. On entend parler de ferme agro-pastorale. Nous leur souhaitons de maintenir cette agriculture paysanne, à taille humaine.

Et puis à côté du travail de la journée, il y a les échanges autours des repas. Les questions et les réponses de chacun. La compréhension que nous sommes dans 2 mondes différents et pourtant sur la même Terre avec les même besoins de respect et de paix. Il y a tant de différences dans nos modes de vies, nos paysages quotidiens,  nos histoires… Cela fertilise nos échanges qu’ils soient professionnels ou personnels.

En regardant le ciel nous avons parlé de nos étoiles auxquelles nous ne donnons pas les même noms et la lune qui chez eux, apparaît différemment.

Ils ont conté des histoires à nos enfants, nous ont parlé des jouets fabriqués par les leurs avec du bois, des sacs plastiques (qui viennent de chez nous…) en voici un exemple

Nous en sommes arrivé à la même conclusion : nous avons pour mission, de garder notre lien à la Terre, notre place d’être humain responsable. De transmettre nos savoirs et notre respect des traditions.

Un idée naissante dans nos esprits : aller participer à leur travail là bas et rencontrer leurs familles.

Un article est paru dans le ouest France le 27 octobre 2015