Un peu plus et on ne pourrait admirer la Coucou de Rennes que sur les cartes postales d’antan…  Ses qualités remarquées par des Hommes passionnés font qu’aujourd’hui, elle inspire les agences de communication,  les artistes, mais surtout les restaurateurs et les cuisiniers amateurs. Sa douce saveur de noisette se retrouve dans de nombreuses assiettes … Avant d’arriver là, cependant, elle parcourt les champs des paysans !

Histoire de la poule Coucou de Rennes.

La coucou de Rennes est une race bretonne (Ille-et-Vilaine) qui a été sélectionnée par le docteur Ramé à la fin du XIXe siècle. Elle doit son nom à son plumage barré rappelant celui du coucou gris. En 1914, la coucou de Rennes a été homologuée avec la création officielle du standard de la race.

En raison de l’industrialisation, privilégiant la productivité sur la qualité, la coucou de Rennes décline et manque de disparaître dans les années 1950. Ce sont des éleveurs amateurs et professionnels, souhaitant valoriser et protéger cette race, qui relancent la coucou de Rennes en 1988. Ici fiche détaillée de la race

Paul Renault, Olivier Renault, Volailles Renault, Ferme louvigné de Bais, poule coucou de Rennes

Un livre lui est même dédié, publié en 2015 par les Presses Universitaires de Rennes avec le concours de l’écomusée du Pays de Rennes. Un beau cadeau pour son 100ème anniversaire ! C’est un ouvrage richement illustré (photos, cartes postales anciennes, reproductions de tableaux, documents publicitaires).

François de Beaulieu y aborde les différentes facettes de l’histoire de cette poule proclamée «meilleure race française » en 1903.

Ce livre va bien au-delà de l’histoire de la Coucou. Il nous raconte comment des hommes et des femmes ont sauvé une partie de notre patrimoine vivant.

 

Paul Renault et la Poule Coucou de Rennes

L’histoire de la ferme “les volailles Renault” est intimement liée à celle de cette jolie poule.

En 1988, Paul Renault rencontre l’écomusée du pays de Rennes afin de faire goûter cette poule à des restaurateurs de sa clientèle. Marc Tison, Olivier Roellinger ou encore Pierre Gagnaire sont unanimes : “chair de qualité, un voyage dans le temps : c’est le poulet de la grand mère”. Après cela, des aviculteurs se regroupent au sein du club national des éleveurs de volailles de races bretonnes. Et en 1997, l’association des producteurs de poulets coucou de Rennes voit le jour. L’écomusée et les collectionneurs valorisent les poules vivantes et les éleveurs, la consommation de chair. Un des objectif est de privilégier la vente directe mais aussi et surtout, de permettre à cette volailles de grandir à son rythme d’où un cahier des charges très exigeant. Aujourd’hui l’association compte 7 éleveurs et près de 25.000 poulets de Rennes sont produits chaque année.

Comment reconnaître une poule Coucou

Elle possède un plumage au coloris « cocaractéristiques poule coucou de rennes, volailles renault, paul renault, Olivier renaultucou des bois » (gris foncé barré de blanc sale). Son cou est assez long avec un camail (groupe de plumes du cou) bien fourni . Sa queue est abondante et ses ailes sont bien serrées au corps. Elle a aussi des cuisses musclées. Sa crête est simple et un peu inclinée.

Un “caractère” à ne pas se laisser faire ! Ses ailes, son bec et ses pattes sont autant de défenses qu’elle utilise tant avec ses congénères qu’avec l’éleveur…

La coucou de Rennes a une croissance lente, et oui elle prend son temps ! C’est une poule rustique et très active elle demande beaucoup d’espace pour courir et gratter à la recherche des petites bêtes à grignoter.

Elle est reconnue pour ses qualités de pondeuse et de couveuse et pour sa chair de qualité tant dans sa texture que son goût fin, sa peau est fine et souple.

Un élevage de plein air pour la Coucou

Élever des poulets de race Coucou de Rennes nécessite patience et espace !

Sur la ferme de Paul et Olivier Renault, l’élevage s’organise selon des méthodes traditionnelles, il dure au moins  150 jours sur parcours herbeux. L’alimentation est constituées de 75 % de céréales de la ferme et du petit lait dans les derniers jours d’élevage.

Avant de rejoindre nos assiettes, les volailles sont abattues sur place dans notre abattoir agréé aux normes européennes.

Pour la trouver prête à cuire c’est ici !                                                                   Des conseils pour la cuisiner  Ici !

Pour la voir courir dans votre basse cours contacter l’écomusée du pays de Rennes